Adoption 2 : le retour de la vengeance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  Warzouz le Mar 25 Sep 2012 - 10:47

Comme certains le savent, je suis papa adoptant d'un enfant d'origine haïtienne depuis plus de 2 ans. Il va bientôt avoir 5 ans... On a commencé, il y a 18 mois un nouvelle procédure d'adoption.

Ce WE nous avons passé un entretien dans une OAA (organisation autorisée à l'adoption) afin qu'il nous prennent en charge. A priori, ça semble bon pour nous. On en saura plus jeudi ou vendredi. On est super content (pour l'instant) car le plus difficile semble dernière nous.



Je pense que nombre d'entre vous ne connaissent pas bien ce qu'est l'adoption, alors je me permets de vous le présenter. Cela risque d'être long...

L'adoption consiste à trouver des parents à des enfants. C'est tout. Ce n'est pas trouver des enfants pour des parents, ni aider des enfants, ni aider les parents, ni une cause humanitaire, ni un droit. On recherche la meilleur famille pour un enfant. Les "conseils des familles" comparent donc les dossiers des différents candidats pour choisir celui qui présente le plus de qualités.

En France, pour adopter, il faut un agrément. C'est un document délivré par les conseils généraux vous autorisant à adopter dans votre département. Vous ne pourrez adopter que des enfants "gérés" par le département (pour l'adoption nationale) ou contacter les seules OAA habilités dans le département (pour l'adoption internationale). Pour obtenir un agrément, il faut passer des entretiens avec un travailleur social et un psychologue. Ca dure 1 an. L'objet n'est pas de juger si vous serez des "bons parents" mais de s'assurer que vous avez bien compris ce qu'est l'adoption. Disons qu'il faut avoir une réponse assez claire à ce genre de questions :
- Pourquoi adopter ?
- Si vous n'êtes pas stérile, pourquoi vouloir adopter plutôt que d'avoir des enfants bio ?
- Etes vous capable d'aimer un enfant qui n'est pas de votre sang, de votre couleur ?
- Etes vous capable d'aimer un enfant plus âgé ?
- Etes vous prêt à adopter un enfant à particularité (maladies graves, handicap mental ou physique non réversible) ?
- Que pensez-vous de la mère qui a battu son enfant ou qui l'a abandonné (on dit "jeter" dans certains pays) ?
- etc...

L'objet n'est pas tant d'avoir la bonne réponse, mais surtout de monter qu'on y a réfléchi. Evidemment, certains questions sont rédhibitoires. Par exemple, on adopte pas pour des raison humanitaires : "ces enfants sont si malheureux, il faut qu'on fasse quelque chose...". C'est une très mauvaise raison pour adopter puisque implicitement, l'enfant a une dette envers vous. Il vaut mieux faire du parrainage dans ce cas.

On vous demande aussi d'exprimer le "projet" (ah, ce que je déteste ce terme...). Nombre d'enfant, âge, ethnie... et pourquoi. Il n'est pas question ici de vous juger. On peut tout à faire dire : je ne veux pas de noirs car je suis raciste. Imaginez un peu l'inverse : une famille raciste, qui veut adopter, n'exprime pas ce point de peur d'être éliminée. On lui confie ensuite un enfant noir... Bonjour l'enfer pour toute la famille.

La procédure (durée, profondeur, sévérité) est très variable suivant les départements. Disons qu'en France, c'est vraiment n'importe quoi sur la façon de faire ; mais sur le fond, c'est plutôt bien de mon point de vue.


Agrément dans la poche, valable 5 ans pour une seule adoption, vous pouvez ensuite vous lancer dans l'adoption proprement dite. 3 choix s'offrent à vous
- Adoption nationale : s'adresser au conseil général. C'est la loterie. Peu d'enfants sont adoptables.
- Adoption internationale via une OAA : faut envoyer des courrier, on vous répond non, et on renvoie des courriers aux mêmes, qui répondent non et peut-être qu'avant la fin des 5 ans, une répondra OUI.
- Adoption internationale en individuel : vous envoyez des dossiers directement dans les pays. C'est super chaud pour deux raisons : Il faut connaître parfaitement les procédures locales qui sont toutes très différentes. Il y a un risque non négligeable de, au mieux, se faire arnaquer ou ,au pire, de tomber sur du trafic d'enfant. Pour moi, ce n'est envisageable que si on est du pays, ou si on connaît des gens de confiance (avocats) sur place.

Quelques chiffres
- 6000 agréments délivrés chaque année sur 9000 demandes (en hausse constante)
- 1000 adoptions en France chaque année
- 2000 adoptions internationales chaque année (en baisse constante depuis plusieurs années
- 24000 familles en attente d'enfant (avec agrément donc). Bref, c'est la guerre.

Pour les deux adoptions, nous avons choisi l'adoption via OAA. Les gens qui travaillent dans les OAA sont, pour la majorité, des bénévoles. Ils sont souvent limités aussi par leur propre capacité de travail. S'ils ont des dossiers d'enfant, il prendront des candidats. Ils ne gèrent pas de file d'attente.

Dans les deux cas, on a été pris super rapidement ; en moins de 3 mois, sans avoir même écrit à toutes les OAA éligibles. C'est clairement un super performance. Je pense que nos points forts étaient notre dispo (je bosse à 80%; le fait qu'on prenne un congé parental (6 mois pour moi, 1 an pour ma femme), et qu'on ait des revenus correctes. Oui l'argent est clairement un critère de sélection. Vous avez 2 dossiers de parents devant vous. 1 gagne 1000€ par mois et locataire. Un autre gagne 5000€ par mois et propriétaire. Tous deux sont fort sympathiques. Impossible de savoir qui sera le plus aimant. Vous avez un enfant à confier. A quel parents allez-vous confier l'enfant, sachant que vous devez agir dans le seul "l'intérêt primordial de l'enfant" (convention de la Haye) ?

En adoption nationale, il suffit de se montrer souvent pour montrer qu'on est motivé. On vous prévient 2 semaines avant. C'est très rapide, on a rien à faire de particulier, c'est entièrement gratuit. Mais c'est hautement aléatoire.

En adoption par OAA, il y a des frais. Un partie en gestion par l'OAA, un partie locale. Les OAA sont très suivies par le ministère des affaires étrangères. D'ailleurs, on peut consulter tous les frais, classés par pays et par OAA sur le site http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/enjeux-internationaux/adoption-internationale-2605/ . Disons que ça tourne autour de 10000€.

Après avoir été accepté pour l'OAA, vous pouvez respirer un grand coup, vous êtes presque certains d'avoir un enfant. Vous devez constituer un dossier avec des tonnes de pièces administratives. Pour Haïti, j'ai mis plus d'un mois pour le constituer. J'ai du traîner mon banquier, mon responsable RH à la mairie, aller à l'ordre des médecins, des pharmaciens, chez le notaire, à la mairie, au ministère des affaires étrangères (4 fois) puis au consulat d'Haïti. Et pour peu que le pays ne soit pas francophone, il faut tout faire traduire par des traducteur certifiés.

Après un temps variable, on vous proposera un dossier d'enfant correspondant aux critères indiqués dans votre agrément. Si vous refusez (pour quelle raison ?), c'est bye bye et pas la peine de tenter de nouveau dans le pays ; l'adoption c'est pas un self-service. Vous acceptez, donc. Il n'y a plus qu'à attendre que la procédure locale se termine. Au programme, aval de l'autorité sociale locale, jugement d'adoption par un tribunal local, autorisation de sortie du ministère de l'intérieur local, émission d'un visa par l'ambassade de France locale. L'intérêt de l'OAA, c'est qu'ils s'occupent de tout. C'est fait dans les règles et le risque d'escroquerie ou de trafic d'enfant est quasi nul.

Hop avion, récupération de l'enfant (croyez-moi, vous n'avez pas envie de rester sur place...). Hop retour. bonheur.

Mais ce n'est pas terminé. Il faut que le jugement d'adoption soit transcrit en droit français (l'exequatur). Vous demandez donc l'adoption plénière (rupture des liens familiaux). Généralement on la donne et votre enfant a automatiquement la nationalité FR. Transcription d'acte naissance, livret de famille... Terminé ! Ou comme dans notre cas, on ne vous donne pas l'adoption plénière mais l'adoption simple (sans rupture des liens familiaux) auquel cas, il faut aussi demander la nationalité française par ailleurs, puis éventuellement demander de nouveau l'adoption plénière qui sera acceptée (c'est tordu... mais écrit dans la loi).

Voilà, vous savez presque tout sur l'aspect technique.

_________________
Réfléchir, c'est déjà désobéir
avatar
Warzouz

Messages : 5857
Age : 45

Profil
Rôle: Déménageur nihiliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  Dexcellium le Mar 25 Sep 2012 - 12:16

Intéressant tout cela , je savais pas que l'adoption serai aussi compliquée :o
avatar
Dexcellium

Messages : 327
Age : 21

Profil
Rôle: Roumain Brony qui sait parler Français. What else?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  Warzouz le Mar 25 Sep 2012 - 15:34

Bon, je suis pas motivé au boulot, et puis j'avoue ronger mon frein. Encore un post fleuve.


C'est aussi difficile pour un français, surtout les jeunes qui pensent avoir plein de problèmes insurmontables et qui s'inquiètent surtout s'ils vont pouvoir s'acheter le dernier iPhone, ou des nouvelles fringues (caricature), ou comme mon fils (il apprend vite) s'il va avoir un déguisement de batman, de spiderman, une moto, une batmobile pour Noël... Ce n'est pas moins vrai pour les adultes d'ailleurs (y compris moi-même qui semble vous faire la leçon...)

Quelques réalités qu'on découvre

- Certains pays ne disent pas "enfant abandonné", mais "enfant jeté". C'est le terme juridique qu'on trouve sur les actes d'abandon. Pas facile pour un enfant adopté lisant son dossier et découvrant qu'il a été "jeté"...
- Dans certains endroits, les enfants sont abandonnés dans des marchés, sans aucune information. ni même garantie que quelqu'un s'en occupera. D'ailleurs, l'OAA indiquait qu'un orphelinat avait été créé dans un village car de nombreuses femmes venaient y abandonner leur enfant.
- Leur date de naissance est souvent ... très approximative.
- Il n'y a souvent pas de contraception, les parents ont donc de très nombreux enfants, dont ils n'arrivent pas forcément à subvenir à leurs besoins. Abandonner quelques enfants (parfois par fratrie entière), c'est aussi une solution pour pourvoir s'occuper des autres enfants.
- Ce qui se fait souvent en Haïti, c'est la "domesticité". Des parents confient l'enfant (plus de 5 ans) à une famille à peine moins pauvre qui s'en occupe. C'est clairement une forme d'esclavage.
- L'abandon est dans la quasi totalité un déchirement pour les parents, mais aussi un espoir d'avoir une vie meilleure pour leur enfant. Je me rappelle de mon ancienne chef qui n'arrivait pas à comprendre comment on peut abandonner son enfant alors qu'on l'a élevé pendant 20 mois (comme c'est le cas pour mon fils). Ah, c'est sur que quand on mange à sa faim tous les jours, que la seule source de soucis est de savoir si son train va arriver à l'heure, on peut pas forcément comprendre quand dans l'un des pays les plus pauvre, une fille de 16 ans avec un gamin, sans mari, analphabète dans un pays sans sécu, presque sans Etat n'a pas forcément beaucoup de chance de survivre très longtemps, sans parler de son gamin. L'adoption, c'est une chance pour eux de mieux vivre, une chance pour l'enfant d'avoir une vie meilleure, et une chance pour les parents adoptant. Personnellement, j'ai le plus grand respect pour ces parents qui abandonnent leurs enfants dans ces conditions.
- D'après le responsable de l'OAA, tous les enfants des orphelinats VEULENT être adoptés. Eventuellement pour les très petits, c'est plus délicats car ils ont l'impression de subir un nouvel abandon. Mais pour les plus grands (4 ans et +) , il n'y a pas de sujet.
- Au Congo, les crèches et orphelinats n'ont presque rien. Les enfants jouent avec des cailloux et des bâtons. Les grands s'occupent des petits. Ca ne les empêche pas d'être heureux de vivre. Ce n'est pas le cas des orphelinats des pays de l'est (notamment Roumanie et Russie).
- Un candidat pose une question à propos de l'état de santé des enfants. Le responsable de l'OAA dit sèchement : "s'ils ont survécu jusque là, c'est qu'ils sont en très bonne santé !" (ouch, ça calme)
- Au Congo (et probablement en Afrique noire) , les locaux sont volontaires pour faire avancer les choses. Ils sont souvent heureux de vivre, probablement plus que nous. Par contre, ils sont fatalistes. La valeur de la vie n'est pas la même que chez nous.
- En France, on parle beaucoup de préparation psychologique des enfants. Dans les pays, ça reste minimal. C'est déjà bien qu'ils aient à manger.
- A Haïti, le repas typique des enfant en crèche pour adoption était : bouillie d'avoine le matin, riz ou pâtes le midi, fruit au goûter, lait le soir. Peu de légumes, certainement pas de viande. Il faut savoir que les crèches pour adoption sont largement favorisées car financées par les adoptants. Je vous laisse imaginer (si c'est possible) les autres crèches.
- Vous avez peut-être vu ce reportage sur Haïti sur cette jeune femme qui vendait des galette faites avec de l'argile mélangée avec un peu de farine. Même la farine, c'était trop chère. Et c'était avant le tremblement de terre. Les gens donnent réellement à manger de la terre à leurs enfant !
- Par rapport aux locaux, on est tous TRES riches, même le smicard, même celui au RMI/RSA.
- Une tante de ma femme qui a adopté il y a longtemps (c'était beaucoup plus facile à l'époque). Toute la procédure terminée, elle va dans le pays, pour voir son enfant malade mourir dans ses bras. Elle a pu adopter de nouveau dans le même pays par la suite. Cela arrive malheureusement souvent. Nous on l'a vécu dans une moindre mesure puisque notre enfant apparenté (pas encore juridiquement notre fils) était à Port-au-Prince lors du tremblement de terre ; pas de nouvelles pendant 5 jours. C'est également arrivé à une famille qu'on a rencontré. Leur enfant qui avait un "bec de lièvre" (terme médical : Fente labio-palatine) est décédé avant la fin de la procédure. S'il avait pu arriver en France, il aurait été opéré et tout risque écarté.
- Un truc qui n'a pas de rapport direct avec l'adoption, ni même avec la pauvreté : c'est la directrice de la crèche à Haiti qui m'en avait parlé à propos d'une autre crèche. Lors du tremblement de terre, de nombreuses personnes étaient dehors. Or dans cette crèche, la directrice venait juste de faire rentrer les enfants pour goûter. Tout le monde étant à l'intérieur, elle allait rentrer, le tremblement de terre arrive (40 secondes !). Le toit s'effondre. Tout le monde est mort (enfants, personnel), sauf elle... A 2 minutes près, il n'y aurait pas eu de mort.
- De toute évidence, les enfants adoptés sont ceux en bonne santé. Il est très difficile de trouver des parents pour des enfant malades, même en France. Encore une fois, cela s'explique par le fait que l'adoption n'est pas un acte humanitaire. Souvent, les parent qui adoptent des enfants à particularité, sont des familles ayant déjà des enfants.
- Un truc plus marrant : les couples qui adoptent divorcent beaucoup moins que les couple qui ont des enfants bio (3 à 4 fois moins). C'est lié à deux facteurs : les parents adoptant sont plus âgés et ont souvent déjà passé le cap à risque. De plus, la procédure oblige les parents à "passer à table", de communiquer beaucoup plus sur le projet d'adoption. Ce sont donc des familles où on discute plus de problèmes plus rapidement. Le manque de communication dans les familles est le facture N°1 du divorce. Bon, ça reste un généralité ;)


Malgré ces points dont la plupart sont révoltant, l'adoption n'est pas un acte humanitaire. Ce n'est pas un acte charitable envers l'enfant. Eventuellement, l'acte charitable, c'est les parents biologiques qui l'ont fait. Donc, quand on me dit "c'est bien ce que vous faites", je pouffe un peu de rire ; encore un qui n'a rien compris à l'adoption. Ce n'est pas par générosité qu'on adopte, c'est parce qu'on en a envie. Cela dit, ça n'empêche pas, en parallèle de faire du parrainage d'enfants, qui, là, est un acte réellement humanitaire.


Autre sujet corollaire d'actualité : l'adoption des homosexuels. C'est traité n'importe comment par la presse et les politiques. Il n'y a quasiment aucune chance qu'un couple homo puisse adopter, même si c'était autorisé. En effet, vous mettez en concurrence un couple hétéro et un couple homo pour placer un enfant donné. A votre avis qui sera le choix (toutes choses égales par ailleurs) ? C'est évident que cela sera plus compliqué dans une famille homo. Donc dans l'intérêt supérieur de l'enfant, c'est le couple hétéro qui sera choisi. C'est donc purement un cas d'école. De plus, à l'international, la quasi totalité des pays ouverts à l'adoption internationale refusent les couples homo. Donc zéro chance.

Par contre, l'adoption pour les homo a un coté pratique utile : celui de l'adoption de l'enfant du concubin. J'ai une collègue homo dans mon équipe. Sa copine s'est fait faire un gamin en Espagne. Mais ma collègue n'en est pas officiellement la mère (alors que c'est une décision collective). Dans ce cas l'adoption pour les homo a clairement un avantage, celui de souder une famille.


Dernière édition par Warzouz le Mar 25 Sep 2012 - 17:07, édité 2 fois

_________________
Réfléchir, c'est déjà désobéir
avatar
Warzouz

Messages : 5857
Age : 45

Profil
Rôle: Déménageur nihiliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  koriggan26 le Mar 25 Sep 2012 - 16:46

Tres intéressent tous ça et en plus j'ai tous tes 2 pavés.
Il est clair que l'adoption n'a jamais étais simple et ça ce comprend quand on voit tous les tordus qui existe rien que dans notre pays,
en tous cas il faut avoir de la volonté pour adopter, vue les embuches a passer.
Je retiens tous particulièrement les passages ou tu parle des différentes situations
ou ont étais les gamins avant d'arriver en famille d'adoption et je ne peut m’empêcher de penser
aux gamins lorsque plus tard il veulent savoir qu'il il sont, ça doit pas être facile a gérer autant du coté du môme que du parent.

En tous cas ce que tu fais c'est bien ....nan je déconne ^^ , nan ce que tu fais c'est beau tous simplement, car juste de vouloir un enfant c'est beau...

(puis après des fois c'est chiant.....^^ mais en fait nan c'est chouette un enfant et ça nous fais grandir bien plus que n'importe quoi d'autre)

En tous cas bonne chance vers cet nouvelle étape. :up:

Et hop les miens rentre de l'ecole....a+
avatar
koriggan26

Messages : 713
Age : 42

Profil
Rôle: nain mineur et do majeur

http://koriggan07.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  Warzouz le Mar 25 Sep 2012 - 17:26

koriggan26 a écrit:Il est clair que l'adoption n'a jamais étais simple et ça ce comprend quand on voit tous les tordus qui existe rien que dans notre pays, en tous cas il faut avoir de la volonté pour adopter, vue les embuches a passer.
Finalement, j'aurais tendance à dire que heureusement que c'est compliqué. C'est pas un magasin où on se décide, sur un coup de tête d'avoir un enfant. Alors, c'est probablement injuste par rapport aux parents bio, mais là on a une responsabilité différente : l'enfant existe déjà, et il a déjà été abandonné une première fois. Pas question qu'il soit abandonné une seconde fois. Pourtant ça arrive.

koriggan26 a écrit:Je retiens tous particulièrement les passages ou tu parle des différentes situations
ou ont étais les gamins avant d'arriver en famille d'adoption et je ne peut m’empêcher de penser
aux gamins lorsque plus tard il veulent savoir qu'il il sont, ça doit pas être facile a gérer autant du coté du môme que du parent.
Contrairement à ce qu'on croit, il y a assez peu d'enfants adoptés qui cherchent à retrouver leurs origines. Ceux qui le font se retrouvent souvent étrangers dans un pays étranger.

Après l'ado mal dans sa peau, c'est un grand classique. Et pour un enfant adopté, c'est évident que la recherche de ses parents bio est une lumière tentante.

_________________
Réfléchir, c'est déjà désobéir
avatar
Warzouz

Messages : 5857
Age : 45

Profil
Rôle: Déménageur nihiliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  khios le Mar 25 Sep 2012 - 18:39

Bon aller je me lance. Bonsoir Julien, 24ans enfant adopté. Je vais tenter de vous apporter quelques lumières étant de l'autre côté de la barrière.

Je suis né en France ou en Belgique, c'est pas clair sur mes papiers, une fois Arras(F), une fois Tournai(B). Donc déjà ça vous montre un peu la difficulté de la chose même pour un enfant Européen (de l'époque où on était 15 j'entends). J'ai été placé en Foyer, on a pas véritablement d'Orphelinat en Belgique, vers mes 3 mois. Ma mère biologique ne m'a pas abandonné en soit, elle venait me voir de temps à autre, entre ses sorties et ses défonces, et étant tout jeune une des personnes du centre s'est attaché à moi plus qu'à un autre pensionnaire. Après 7mois au centre, avec des retours de temps à autre auprès de ma mère biologique, le juge à décidé que celle-ci n'était pas en mesure de s'occuper correctement de moi et lui a demandé de me rendre disponible à l'adoption.
N'ayant pas encore un an, plusieurs couples se sont rapidement manifesté, dont ma grand-mère biologique. La personne s'occupant de moi au centre a aussi apposé une demande d'adoption, ainsi qu'un couple de médecins. Comme le précise Warzouz les revenus jouent une grosse part dans l'adoption, la juge aurait décidé de me mettre chez le couple de médecins si ceux-ci n'avait pas vu mon attachement à la personne s'occupant de moi quotidiennement. Autrement dit ils se sont rétractés et j'ai été en famille d'accueil avec ma nourrice à partir de mes 1an.

S'en sont suivis de longues années de combats et de paperasses pour mes parents. L'acte d'adoption définitif a été signé lorsque j'avais 6ans. Avant cela je portais encore le nom de ma mère biologique, mon père bio. ne m'ayant pas reconnu à la naissance (homme marié...). Je me suis donc retrouver dans une famille adoptive qui ne m'a jamais caché le fait que je ne sois pas né de leur étreinte mais bien de leur désir d'avoir un enfant!

Bref, j'ai grandi de façon heureuse, avec des personnes qui m'ont permis d'avoir accès à une éducation et un logement descend. Alors personnellement j'ai eu l'envie de retrouver mes "origines". Je ne l'ai pas fait à l'adolescence mais lorsque j'ai eu 21ans. Et je peux vous jurer que ça m'a fait du bien. Enfin c'est une autre histoire et ça me semble moins intéressant, si vous voulez en savoir plus vous pouvez demander!

En gros, c'est TRES difficile d'adopter un enfant dans nos contrées, encore plus maintenant, mes parents voulaient offrir ma chance à une deuxième personne mais les démarches sont encore devenues plus lourdes.

Alors certes je ne suis pas une généralité mais j'ai vécu une vie heureuse, j'ai une vision de la vie drastiquement différente de mes parents par contre :drunk:
avatar
khios

Messages : 376
Age : 29

Profil
Rôle: Trolleur en chef!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  kant_ck le Mar 25 Sep 2012 - 20:49

Merci beaucoup Warzouz pour le cours, c'est très intéressant et j'ai appris beaucoup ! Et Merci Khios pour le témoignage !
avatar
kant_ck

Messages : 979
Age : 29

Profil
Rôle: All games proNoob

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  Warzouz le Mar 25 Sep 2012 - 20:59

A la limite que ça soit difficile d'adopter, ça ne me gène pas. Ca veut dire qu'il n'y a pas trop d'enfant qui ont besoin de ça.

Par exemple pas mal de pays se ferme à l'adoption internationale. Dans de nombreux cas, le niveau de vie local permet d'absorber tous les enfants sans famille localement. Pour les enfants eux-même, c'est quand même mieux, non ?

C'est sur que pour les candidats à l'adoption c'est la galère. Mais on ne peut pas souhaiter le malheur d'autrui pour espérer qu'on vous donne ses enfant...

Bon, ensuite, il y a des trucs incompréhensibles, comme la fermeture d'Haiti. Que l'adoption ait été fermé pendant 1 an après le tremblement de terre afin que les vautours n'en profite pas, c'est normal. Mais maintenant, ça fait presque 3 ans.

_________________
Réfléchir, c'est déjà désobéir
avatar
Warzouz

Messages : 5857
Age : 45

Profil
Rôle: Déménageur nihiliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  rodwin le Mar 25 Sep 2012 - 21:17

Merci pour ces témoignages.
Ca fait beaucoup de bien.

_________________
avatar
rodwin

Messages : 4856
Age : 38

Profil
Rôle: Vapeur compulsive

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  Warzouz le Ven 28 Sep 2012 - 11:18

Bon, c'est confirmé : on est pris.

Il n'y a plus qu'à attendre, mais le plus dure est fait !

_________________
Réfléchir, c'est déjà désobéir
avatar
Warzouz

Messages : 5857
Age : 45

Profil
Rôle: Déménageur nihiliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  Zaldoras le Ven 28 Sep 2012 - 20:40

Félicitation Warzouz ! Et merci pour le post très instructif :)
avatar
Zaldoras

Messages : 493
Age : 22

Profil
Rôle: Maitre de la Guilde de la Salade

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  rodwin le Ven 28 Sep 2012 - 21:32

Félicitations !

_________________
avatar
rodwin

Messages : 4856
Age : 38

Profil
Rôle: Vapeur compulsive

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  Ghomerr le Ven 28 Sep 2012 - 22:11

Félicitations Warzouz :)

_________________
avatar
Ghomerr

Messages : 3742
Age : 29

Profil
Rôle: Chronomètre rétrograde

http://www.youtube.com/user/Ghomerr6

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  zearcta le Ven 28 Sep 2012 - 23:01

Bravo et Bonnes chances :)

zearcta

Messages : 408
Age : 19

Profil
Rôle: Essaye de ressusciter une partie du serveur !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  Warzouz le Jeu 4 Oct 2012 - 10:28

L'autre "joie" de l'adoption, c'est de remplir des dossiers à la chaine. Évidemment toujours avec les même pièces...

Là, je commence. 25 documents à fournir. 15 jours de boulot en perspective. Mais bon, je me rassure, pour le premier, le dossier était encore plus complexe à préparer. La légalisation, la certification conforme, la sur-légalisation n'ont plus de secret pour moi...

Imaginez que pour le premier, j'avais du trainer le directeur des ressources humaines ("petite PME" bancaire de 70000 employés), ainsi que mon conseiller financier à la mairie, juste pour signer un papier devant le préposé. Pour le banquier, j'avais du négocier (en fait j'ai changé d'agence pour cette raison)

Heureusement que je travaille à Paris... ça aide quand on doit aller 3 fois au ministère des affaires étrangères pour y faire coller des timbres fiscaux...

Pour le dossier de mon fils, les 26 documents présentaient environ 450 timbres, tampons, mentions manuscrites et signatures. Et ça, c'est juste pour le dossier à envoyer dans le pays. Je ne compte pas le dossier pour l'agrément, le dossier de candidature pour l'OAA, le dossier pour le tribunal (mais ils sont plus simples)

_________________
Réfléchir, c'est déjà désobéir
avatar
Warzouz

Messages : 5857
Age : 45

Profil
Rôle: Déménageur nihiliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  koriggan26 le Jeu 4 Oct 2012 - 17:12

ha les joie de l'administration française :mouais: .... :-S
avatar
koriggan26

Messages : 713
Age : 42

Profil
Rôle: nain mineur et do majeur

http://koriggan07.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  Warzouz le Jeu 4 Oct 2012 - 17:18

Pour le coup, c'est l'administration haïtienne ou congolaise. Mais c'est un process général.

_________________
Réfléchir, c'est déjà désobéir
avatar
Warzouz

Messages : 5857
Age : 45

Profil
Rôle: Déménageur nihiliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  Warzouz le Ven 30 Aoû 2013 - 15:23

Bon, la "joie de l'adoption", c'est aussi d'apprendre que le délai de la procédure vient de se prendre 12 mois dans les dents :-S. Sur un délai initial de 6 à 8 mois, c'est pas mal :-( ... Mais bon, les revirements réglementaires, c'est un des aléas de l'adoption auquel il faut se faire...

Bref, après presque 10 mois, toujours pas de jugement. :cry: 

_________________
Réfléchir, c'est déjà désobéir
avatar
Warzouz

Messages : 5857
Age : 45

Profil
Rôle: Déménageur nihiliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  rodwin le Ven 30 Aoû 2013 - 17:11

C'est abusé...
Je suis dégouté pour toi.

_________________
avatar
rodwin

Messages : 4856
Age : 38

Profil
Rôle: Vapeur compulsive

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  Ghomerr le Dim 1 Sep 2013 - 19:56

Mince, désolé d'apprendre de ça :(

J'espère que ça va s'arranger, je suis de tout coeur avec toi !

_________________
avatar
Ghomerr

Messages : 3742
Age : 29

Profil
Rôle: Chronomètre rétrograde

http://www.youtube.com/user/Ghomerr6

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  Warzouz le Ven 4 Oct 2013 - 9:25

Grosse déprime

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/adopter-a-l-etranger/actualites-de-l-adoption/les-breves-de-l-adoption/2013-22151/article/communique-relatif-a-la-suspension-108519

Et c'est probablement à cause d'un truc dans ce genre...

http://www.reuters.com/investigates/adoption/#article/part1

_________________
Réfléchir, c'est déjà désobéir
avatar
Warzouz

Messages : 5857
Age : 45

Profil
Rôle: Déménageur nihiliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  rodwin le Sam 5 Oct 2013 - 9:19

Je suis dégouté pour toi et pour tous ceux qui attendent depuis des mois, des années...
Courage.

_________________
avatar
rodwin

Messages : 4856
Age : 38

Profil
Rôle: Vapeur compulsive

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adoption 2 : le retour de la vengeance

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum